Mes débuts

J’ai débuté le vélo à 8 ans (2000) en voyant évoluer Jérémy (Mounier), mon cousin. Ca m’a donné envie d’essayer à mon tour. Il courait déjà en coupe de France. J’avais été le voir à Bourg d’Oisans en 2005 lors des Championnats de France. J’ai débuté au club de Sainte Sigolène « Golène Evasion », un petit village de Haute-Loire. Rapidement, mon oncle est devenu président. Une de mes premières compétitions fut le Roc Laissagais (Aveyron) et j’ai gagné ! Ensuite, j’ai pu participer au Trophée de France des Jeunes vététistes aux Orres. Peu de temps après, j’ai suivi Jérémy au club de Creuse Oxygène. C’est le début d’une nouvelle aventure. Pour la petite histoire, j’ai débuté les Coupes de France en 2007… à Saint Flour en Auvergne. »

 

2008 : « Mon premier maillot tricolore

« Après une première bonne année, je voulais confirmer. Après la Coupe de France des Orres, j’avais été directement au Championnat de France de Serre Chevalier. J’étais avec Jérémy et Mathilde Daudon (une pilote de l’équipe Creuse Oxygène) toute la semaine. On avait sacrément rigolé ! C’est mon premier maillot tricolore, j’en garde forcément un souvenir particulier. »

2009 : « Une belle surprise »

« Une année inattendue ! Je sortais des cadets et je ne savais pas à quoi m’attendre. J’avais quitté Creuse Oxygène pour rejoindre l’équipe Scott. Je remporte un nouveau titre de Champion de France dès ma première année dans la catégorie des juniors. La course était dantesque à Oz, la boue collait c’était horrible. 2009, c’est aussi mes premières sélections en équipe de France. Le Championnat d’Europe au Pays – Bas dans un parc dégueulasse et où l’on tournait autour d’un dôme de ski avait été horrible. Fin août, je suis sélectionné aux Mondiaux à Canberra mais je n’ai pas vu l’arrivée… »

2010 : « Premier podium en Coupe du monde »

« Une saison avec des hauts et des bas. Malgré tout, c’est la saison de mon premier podium en « Coupe du Monde » juniors à Houffalize (2e). L’épreuve n’avait pas le label officiel de la Coupe du Monde mais elle se déroulait avant les élites et elle réunissait un très gros plateau. Par contre, je me suis cassé la clavicule avant le bac. Ca n’a pas arrangé mes affaires pour l’école, mais aussi pour le vélo ! J’ai fait l’erreur d’assister tout de même en spectateur aux Championnats de France C’était une mauvaise idée, ça m’a mis le moral à l’envers… J’ai quand même réussi à revenir dans l’été et être sélectionné aux Mondiaux où je termine 13e. »

2011 : « Le plaisir de courir un Mondial pas loin de la maison »

« J’ai bien débuté ma première année chez les Moins de 23 ans avec une sixième place à la Coupe du Monde de Pietermaritzburg. C’était un peu une surprise. J’ai pu me sélectionner aux Mondiaux de Champéry où je termine 9e. C’était un bon souvenir. C’est peut être la Suisse mais cela reste pas très loin de la maison et tout le monde parle français. »

2012 : « Un début de saison compliqué »

« J’ai changé d’équipe et je me suis un peu de pression. Le début de saison a été compliqué. Mais j’ai réussi à bien revenir dans l’été. Je gagne mon premier titre de Champion de France en Moins de 23 ans aux Gets et avant les Mondiaux, je réussi à prendre la 2e place de la finale de la Coupe du Monde à Val d’Isère. A Saalfelden, j’ai le plaisir de monter sur le podium des Mondiaux relais avec la France. On passe tout proche du titre mais j’étais content de cette médaille d’argent. »

2013 : « Un déclic »

« Mon premier titre de Champion d’Europe conquis à Bern ! Je pense que ça a été un déclic, j’ai compris que je pouvais gagner des belles courses ! En fin de saison, je réussi à remporter la finale de la Coupe du Monde à Hafjell (Norvège). »

2014 : « Une saison de rêve »

« J’avais à cœur de bien terminer la catégorie en Espoirs pour ma première année avec BH Sr Suntour KMC. Mais je ne m’attendais pas à autant ! Je conserve mon titre européen, on s’impose également en relais sur les Championnats d’Europe et aux Mondiaux. J’ai également réussi à conserver le maillot de leader de la Coupe du monde sur toute la saison, c’est une fierté ! Ma seule déception est ma médaille d’argent aux Mondiaux après une crevaison. J’ai bagarré toute la saison avec le Néerlandais Michiel Van Der Heijden, ce sont des bons souvenirs.

2015 : L’apprentissage chez les élites

« Je ne pouvais pas attendre mieux de mes deux dernières années en Moins de 23 ans. J’avais hâte de débuter chez les élites. Rapidement, j’ai compris que j’étais rentré dans un autre univers. Le niveau, la densité, rien n’est comparable en élites. Il n’y a pas la place pour la moindre erreur ou la moindre baisse de régime. Lors des Mondiaux à Vallnord, j’ai tout connu. La joie de conserver la couronne du relais avec mes copains de l’équipe de France avant d’abandonner l’épreuve individuelle. Malgré tout, ce fut une année riche en enseignement et je sais que cela me servira pour la suite.»

2016 : Premier podium en Coupe du Monde

« De cette deuxième saison en Elites, je ne veux garder que le positif. Certes, je n’ai pas été retenu pour participer aux Jeux Olympiques de Rio. Je suis tombé sur plus fort que moi et j’ai accepté les règles du jeu. Au cours de cette saison, j’ai été régulier sur les étapes de la Coupe du Monde et je termine 7e du classement final. J’ai également pu gouter au podium lors de l’étape du Mont Sainte-Anne (5e). Forcément, ça donne envie d’y revenir. «

2017 : Histoire à écrire…